La gestation pour autrui, c’est-à-dire le recours à une mère porteuse, ne sera probablement pas autorisée au Luxembourg, a-t-on appris en Commission.

Cependant, les enfants nés par l’intermédiaire d’une gestation pour autrui dans un pays où elle est légale, vont obtenir une filiation au Luxembourg. Selon Viviane Loschetter, la présidente de la Commission, dans un tel cas, les partis de la majorité plaident pour un nouveau statut pour l’enfant. Il est question d’un « acte de parentalité ».

Pour le CSV, qui est également opposé à la légalisation de la gestation pour autrui au Luxembourg, l’idée d’un nouveau statut ne serait pas bonne. Laurent Mosar plaide plutôt pour le maintien de la procédure d’adoption. Les discussions sur le sujet se poursuivront la semaine prochaine.

Quant à la procréation médicalement assistée (PMA), son accès doit être élargi, selon la volonté des partis de la coalition. Pour sa part, le CSV reste sur ses positions : la PMA ne doit être possible que pour les couples mariés.

http://mereporteuse.info/

Source : 5minutes.rtl.lu

Publicités